Consommer mieux, consommer local

Consommer mieux, consommer local

Posted on by webosity in No Comments

Si la tendance vestimentaire est la plus en vue et cristallise le plus l’attention, il y a une tout autre tendance qui, beaucoup plus discrètement, fait tout autant de vague. C’est la diététique bio.

Beaucoup se détournent en effet de la restauration rapide, des aliments congelés ou surgelés pour adopter une alimentation plus saine et plus naturelle.

Certains vont encore plus loin et ne s’autorisent que des produits locaux. Affublés de l’appellation de locavores, ils ne jurent que par le consommer local.

 

Quelques précisions sur la consommation locale

Le consommer local est un terme qu’il convient de clarifier et de circonscrire.

Si pour certains, consommer local revient à dire qu’il faut se nourrir des produits du pays, d’autres soutiennent qu’on ne consomme local que lorsqu’on n’acquiert que les aliments du terroir.

La science a quant à elle définit ce terme en fonction du kilométrage. Ainsi les produits locaux sont ceux produits le plus proche de soi dans un rayon de 500 km. Au-delà, les produits ne peuvent être considérés comme locaux.

À Marseille par exemple, ce sera la région marseillaise, à Lyon la région lyonnaise.

 

Le locavorisme : un mouvement axé sur la culture du terroir

Un locavore est un irréductible de la consommation locale. Il est un adhérent au locavorisme qui est un mouvement qui préconise la nutrition à base d’aliments produits dans un périmètre compris entre 100 à 250 kilomètres autour de chez soi

Le locavore ne prend donc jamais ses produits de première consommation au supermarché mais plutôt chez les petits producteurs, privilégie les produits de saison et les Yaourts artisanaux.

 

De bonnes raisons de se mettre à la consommation locale

Manger local présente des avantages sanitaires, environnementaux mais a aussi des retombées économiques pour le producteur et l’acheteur.

  • Du point de vue sanitaire

Les aliments locaux renferment encore toutes leurs qualités nutritionnelles. Ce qui est tout à fait compréhensible vu les conditions naturelles de culture et de récolte dont ils ont bénéficié.

De plus, un laps très court sépare la récolte de la vente, ce qui permet au consommateur final de se procurer des denrées encore toutes fraiches pleines de nutriments et de vitamines.

  • Sur l’environnement

Les produits cultivés hors de chez soi avant qu’ils n’atterrissent dans le pays de destination font l’objet d’un long processus de conservation et d’acheminement. Tout cet enchaînement n’est pas exempt de pollution et engendre des conséquences nocives pour la planète.

De ce point de vue, la consommation locale est une attitude favorable envers la nature et contribue à la préservation de l’écosystème.

  • Retombées économiques

Les avantages économiques vont dans le sens du producteur et du client. Les produits de saison récoltés à quelques kilomètres de chez soi sont exonérés des frais supplémentaires liés aux coûts de transport ou d’emballage. Ce qui les rend moins chers à l’achat.

Par ailleurs, s’approvisionner auprès des producteurs locaux, c’est soutenir leur travail et contribuer à booster l’économie locale. Il s’en suit alors une éclosion profitable à tous.

Avec le consommer local, on retrouve ce lien aux temps et aux saisons, cette idée que la vie est directement reliée à la terre. La consommation locale engendre une magnifique chaîne sociale entre le producteur et le consommateur. Ce qui donne plus d’humanité à ce que l’on mange parce que l’on sait directement d’où ça vient. Cette traçabilité évite de tomber sur des produits frelatés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *